Piscine

Quel genre de terrain pour construire une piscine ?

Ceux qui sont insterés pour construire leur première piscine sont souvent agressés par des doutes, les questions qui nous sont le plus souvent posées sont : avez-vous besoin d’autorisations pour construire une piscine souterraine ? De quel genre de permis ont-ils besoin ?

Commençons par dire que oui, nous avons besoin d’autorisations, d’un titre de bâtiment. Les piscines, en Italie, ne relèvent pas du domaine de la construction libre .

A lire également : Pourquoi louer une piscine ?

législation italienne La pour la réalisation de piscines souterraines est souvent confuse et mal interprétée, au point qu’entre les municipalités voisines, il existe parfois diverses différences dans les demandes et les interprétations. Une chose est certaine : vous devez faire une demande d’autorisation. Rappelons que la construction d’une piscine sans autorisation pourrait ouvrir un différend verra tous les sujets impliqués : propriétaire, constructeur et concepteur, qui répondra à elle criminellement que possible abus de construction.

Le sujet est très complexe dans la mesure où le la réalisation de piscines à usage privé est réglementée par des accords état-région transposés différemment et selon des délais différents par chaque gouvernement régional. Parfois, même à l’intérieur d’une même région, les différentes provinces offrent des motivations complètement différentes, qui ne sont pas toujours fondées.

Lire également : Choisir une doublure

De quels permis ont-ils besoin ?

Selon certaines conditions, le titre du bâtiment requis pour la construction d’une piscine peut varier. Les titres de construction les plus courants sont cependant DIA et autorisés à construire (ex. concession de construction), il y a un troisième, désutilisé, comme nous le verrons. Malgré le fait que certaines décisions récentes du conseil d’État puissent être interprétées de manière plus restrictive quant à la question de savoir si une DIA suffisante doit être prise en compte dans la construction d’une piscine, en particulier

 :

Il semble vraiment ardu, sinon impossible, de configurer le réalisation d’une piscine comme un équipement de loisirs et de loisirs, le même qu’un bascule ou un toboggan installé dans des jardins ou des lieux de loisirs. La piscine est une structure de type bâtiment qui grave avec des œuvres envahissantes sur le site où elle est construite, si bien que pour sa réalisation il faut avoir son titre d’édificandum, dont il est la preuve portative de la diversité d’une telle structure avec des équipements de loisirs. Malgré cela, nous avons dit, nous pouvons distinguer la nécessité d’avoir un titre de bâtiment plutôt qu’un autre selon les indications ci-dessous. Toujours en gardant à l’esprit qu’aller se renseigner sur les règles et les contraintes spécifiques de votre municipalité est toujours une bonne norme pour éviter d’autres problèmes.

Quand avez-vous besoin d’une autorisation pour construire ?

Autorisation de construire (ancienne concession construction, art. 10-21 du texte Unico Building, source) est un acte formel qui permet des travaux de construction ou d’autres interventions au sein de :

  • les interventions de nouvelle construction ;
  • les rénovations d’urbanisme ;
  • les opérations de rénovation urbaine comportant une augmentation des unités immobilières, des changements de volume, de jauge, de prospectus ou de superficie ou des changements de destination d’utilisation ;

Elle est délivrée conformément aux prévisions des instruments d’urbanisme, aux règlements de construction et à la discipline urbaine et de construction en vigueur. Dans le permis de construction, les dates de début et de fin des travaux sont indiquées, la période de début des travaux ne peut être supérieure à un an à compter de la délivrance du titre et les travaux doivent être achevés dans un délai de 3 ans à compter du début des travaux. Ils sont rarement accordés extensions. La réalisation de la partie de l’intervention qui n’a pas été achevée dans le délai imparti est subordonnée à la délivrance d’un nouveau permis uniquement pour les travaux qui doivent encore être exécutés.

La demande de délivrance du permis de construire est présentée à l’atelier unique, accompagnée :

  • titre de légitimation ;
  • élaborer des projets exigés par le règlement de la construction et d’autres documents, le cas échéant ;
  • auto-certification sur la conformité du projet avec les normes d’hygiène sanitaire ;

Contrairement à la DIA, pour le permis de construire, la règle du silence est valide — le refus de l’administration publique, de sorte que les conditions d’attente (60 jours, 120 pour les municipalités de plus de 100 000 habitants), une non-réponse doit être comprise comme une réponse négative .

En général, en réagissant au bâtiment Text Unico , qui constitue la rainure dans laquelle toute réglementation locale doit rester, l’autorisation de construire est requise pour toutes les nouvelles interventions de construction, qui impliquent une transformation du bâtiment et de l’urbanisme du territoire.

En ce qui concerne la piscine, l’autorisation de construire est toujours nécessaire lorsqu’elle n’est pas considérée comme pertinente pour le bâtiment du périmètre. La relation de pertinentialité est définie comme la relation selon laquelle un bien est volontairement et de façon permanente conçu pour servir exclusivement d’un autre bien (p. ex., le pool est pertinent pour le logement).

La libéralité peut être moindre lorsque :

  1. les normes techniques des instruments d’urbanisme, en ce qui concerne le zonage et la valeur environnementale et paysagère des zones, les qualifier d’interventions nouvellement construites.
  2. le pool, dont le volume dépasse 20 % de celui du bâtiment principal, n’est plus considéré comme une simple intervention pertinentielle .

Si la construction de la piscine est soumise à l’autorisation de construire, il est possible de penser qu’elle est également soumise à des charges d’urbanisation qui, variant de commun à commun, peuvent affecter beaucoup sur les coûts bureaucratiques (art. 20 de la loi 380/2001).

Quand une autorisation de construction a-t-elle besoin ?

L’ Autorisation de Construction est l’un des trois titres appropriés pour la construction d’une piscine souterraine, en fait il n’est pas considéré dans le Bâtiment Texte Unique, c’était l’un des titres habilitants existants, introduits par la loi n° 94/1982. Il peut être considéré comme désutilisé, car ses études de cas (constructions de pertinence) relèvent de la DIA.

Nous la citons parce qu’elle pourrait être demandé par une municipalité dont les bureaux ne sont pas à jour, auquel cas vous pouvez toujours l’utiliser comme titre suivant la procédure que la municipalité peut vous expliquer.

Quand est-ce que DIA est suffisant ?

La plainte d’ouverture de la DIA est déposée si la construction du pool peut être configurée comme une intervention pertinente, à condition que le volume à réaliser ne dépasse pas 20 % du volume du bâtiment principal et à condition que les normes techniques de les instruments d’urbanisme ne tiennent pas compte des interventions pertinentes de toute façon des « nouvelles interventions en matière de construction », compte tenu du zonage et de leur impact sur l’environnement et le paysage. La présentation d’un DIA est le cas le plus simple et le plus courant pour la construction de nouvelles piscines souterraines.

Selon le texte unique de Construction 2001, il est donc nécessaire de soumettre à la commune d’un D.I.A. (début d’activité) qui doit être déposé par un professionnel compétent (architecte, arpenteur, ingénieur, etc.). Une fois la « demande » déposée auprès de la D.I.A., la municipalité d’adhésion disposera de 30 jours pour s’y opposer . Si ce n’est pas le cas, après trente jours expirés, vous pouvez procéder à la construction de la piscine souterraine.

Le coût de la DIA, en plus de celui de présenter le projet par un personnage habilité, ne réside que dans les frais de secrétariat, quelques dizaines d’euros.

Nous vous recommandons toujours de vous renseigner auprès du bureau technique de la municipalité pour vérifier s’il y a des contraintes de type de paysage ou tout autre nom du plan de régulateur , tels que, taille de couleur de la piscine, caractéristiques de conception. Souvent, ces contraintes sont dictées par la Direction Générale des Beaux-Arts et du Paysage du Ministère du Patrimoine Culturel, selon Il lit Galasso et ses modifications ultérieures.

conclusion

  • Le permis de construire sert si le bassin n’est pas très pertinent pour le bâtiment principal (c’est-à-dire qu’il n’est pas au service exclusif de celui-ci), s’il dépasse 20 % du volume de celui-ci ou s’il existe des contraintes paysagères particulières.
  • La DIA est suffisante dans tous les autres cas pour les pools résidentiels de taille moyenne, sous réserve de la norme de l’assentiment au silence après 30 jours.

Études de cas intéressantes

Décision du Conseil d’Etat Sez. V du 16.4.2014

Après un long litige a commencé dans les années 1980 dans la municipalité de Maratea pour la réalisation de la piscine, solarium et locaux ci-dessous. Litige a commencé en 1986, suite à la construction avec permis de construire délivré en 1984 pour la réalisation de piscines et de structures annexes dans la zone agricole en pertinence résidentielle.

Après un long procès en 2000, le goudron régional, avec jugement 390, révoque la concession de construction originale, déduisant une violation de l’art. 13 al. 2 de la loi royale de la basilicata n. 47 de 1985.

À la suite de ce refus, les propriétaires feront l’objet d’un recours en 2001, l’arrêt fera l’objet d’un appel puisque le tribunal de première instance n’avait pas estimé que la modestie de l’usine n’impliquait pas une modification des indices de constructibilité, en détectant l’ensemble de l’intervention plutôt qu’un total de la terre.

En résumé, la décision du goudron a été portée en appel avec succès parce que la construction du bassin préfabriqué était relativement modeste par rapport au bâtiment situé à destination résidentielle, situé dans la zone agricole et entrant dans la portée de la pertinence, ce qui rend la cas en vertu de l’art. 7 al. 2, qui prévoit la réalisabilité dans ce domaine avec une simple autorisation gratuite.