background img

Je vous laisse un CDI pour un autre ?

Lorsqu’ il n’y a plus de courant à la bougie d’allumage, la cause peut être l’unité de commande /bobine.

Dans la vidéo ci-dessus, je vous montre comment vérifier la bobine haute tension et comment tester ses circuits, à suivre à la place, je vous explique le principe de fonctionnement de l’unité de commande.

A découvrir également : Quand est-ce que je commence la boîte pour un déménagement ?

Dans le Vespa nous utilisons pour appeler cette unité de commande de composant et ce n’est pas mal, car en fait la bobine AT (haute tension), à l’intérieur, a également l’unité de commande.

A voir aussi : Comment trouver de vieux articles ?

Fondamentalement, il reçoit une haute tension et le transforme en une très haute tension, mais il a dit qu’il ressemble presque à un objet d’énergie libre qui reçoit 1 et 10 et en fait cela arrive, mais ce n’est pas si simple…

La bobine n’est rien de plus qu’un transformateur qui a un système de décharge capacitif ou CDI (allumage par décharge de condensateur).

Il profite de 2 principes de fonctionnement, l’un est celui du transformateur et l’autre est celui du résonateur parallèle RLC (résistance à inductance capacité).

Basique, tout comme dans le transformateur, vous devez considérer 2 circuits, le primaire et le secondaire, isolés les uns des autres mais avec un noyau ferromagnétique commun de forme carrée, qui est à l’intérieur de la bobine du corps ; évidemment les deux circuits doivent avoir des caractéristiques différentes qui dépendront du résultat que vous veulent obtenir.

Je donne un exemple avec des numéros factice :

Considérez un courant alternatif Ip de 10 Ampères et Vp de 100 volts, provenant du stator, qui coule dans le circuit primaire, qui a 100 tours (Np) avec un câble de section 10.

Pour l’effet de l’induction magnétique, il génère dans le noyau un champ magnétique et un flux magnétique qui, par écoulement, peuvent se transférer vers le circuit secondaire qui, cependant,

a 1000 tours (Ns) et un fil de section 1.

Une chose particulière se produit, la tension qui est créée sur le secondaire, générée par le flux magnétique dans le noyau, est directement proportionnelle à la de tours du circuit secondaire, cela signifie que si le secondaire a plus de tours que le primaire, nous aurons à la sortie du secondaire une tension plus élevée mais un ampérage inférieur, au contraire si elle a moins de tours, nous aurons une tension inférieure mais un ampérage plus élevé.

Mathématiquement et dans un état idéal, nous avons :

Vs/Vp = Ns/Np = Ip/Est

Le courant de 10 ampères induit le flux magnétique dans le noyau, cela atteint jusqu’au circuit secondaire, qui étant donné le nombre de tours supérieur au primaire, génère une tension Vs de 1000 volts avec un courant Est de 1 ampère, donc oui, la tension a augmenté beaucoup, mais de la même manière l’ampérage a été renversé, rien n’est créé et rien n’est détruit mais tout est transformé.

Mathématiquement :

Vs = Ns/Np*Vp = 1000/100*100 = 1000 volts

Est = Ip*Vp/Vs = 10*100/1000 = 1 ampères

En gros, c’est ce qui se passe à l’intérieur de la bobine, mais dans ces conditions notre bobine serait inutilisable parce que les temps de déclenchement d’étincelle seraient trop longs, mais le second principe vient à aider, ce résonateur RLC parallèle qui ajoute un condensateur au circuit transformant le système en bobine de décharge capacitive et cela se produit :

Le circuit secondaire, pour presque toute la rotation du volant d’inertie, reste ouvert, donc aucune tension n’est générée, au contraire le circuit primaire est fermé, il est ensuite parcouru par le courant qui a été produit par le volant et le stator,

ce courant, est accumulé dans un condensateur (C1), qui fait partie du circuit primaire de la bobine, mais à un point précis dans la rotation du volant d’inertie, ce qui correspond à un piston précis de position, le ramassage est mis sous tension et produit un signal qui est envoyé au condensateur,

pendant ce temps, le circuit primaire s’ouvre, puis ne reçoit plus de courant du stator, le condensateur a atteint tension de décharge et enfin est vidée vers le noyau du transformateur,

le circuit secondaire se ferme devenant la seule soupape de décharge possible pour le courant circulant dans le noyau et toujours en raison de l’effet de l’induction électromagnétique et grâce au plus grand nombre de tours, produit instantanément une tension de milliers de volts qui peut enfin circuler à travers la bougie d’allumage et génère l’étincelle convoitée.

En général, tout cela se trouve derrière chaque étincelle.

Un autre exemple de la façon dont notre existence est constamment influencée par les impulsiélectriques.

Catégories de l'article :
Déménagement
Show Buttons
Hide Buttons
Tip Top Déco & Maison